RESPIRO

Sur ce rocher, je ferme les yeux. Un souffle lointain m’appelle. Dans un éclat vertigineux, je te vois, toi, la créature aux cornes puissantes. Sublime incarnation du mystère et de l’animalité. Tu m’émerveilles, âme sauvage, dans la splendeur de ta majestueuse nature.

Etendue sur la pierre, j’écoute le murmure du végétal et du minéral. Je sens la terre. Je rêve l’homme, dans une échappée sauvage, ayant alors pour seule parure la roche et l’écorce.